2014 : Circuit de découverte géologique
dans le Lodévois et autour du Salagou

Au départ, c’était un challenge proposé en 2012 à peine le Velay terminé : monter un circuit sur la géologie d’une région que je ne connaissais que très peu, à la demande insistante d’un certain nombre d’adhérents eux-mêmes originaires du coin, donc le connaissant très bien. Mais challenge très vite relevé, tout d’abord en tant qu’occasion rêvée de repousser à 2016 le « gros morceau » du Puy de Dôme et les redoutées tractations avec les sites touristiques, qui ne sont décidément pas ma tasse de thé… Et puis, le fil rouge des provinces volcaniques du Massif Central ne serait pas rompu : l’Escandorgue, même très discret et très peu connu, en fait bien partie, avec ses coulées débordant très largement sur les ruffes du Salagou. Ma seule exigence fut d’éviter la haute saison, pour éviter la chaleur et la cohue…

Un peu plus de travail de repérage qu’à l’accoutumée, mais le jeu en valait la chandelle. La variété géologique et paysagère du secteur est en effet impressionnante, de la singularité des ruffes du Salagou aux étendues sauvages des causses, du bassin minier de Graissessac aux vertigineuses reculées de la bordure Sud du Larzac. Comme toujours, il a fallu faire des choix, et la plage et la cathédrale du Cap d’Agde, ou encore les blastoïdes de la Montagne Noire, ont finalement été écartés au profit d’une première intervention de notre spécialiste et passionné d’art roman, maître Joël qui nous a régalés à travers une visite privée et très détaillée de l’Abbaye de Gellone à Saint-Guilhem-le-Désert. La première d’une longue série toujours pas terminée !

Ce circuit garde une saveur toute particulière pour moi, et j’en suis sûr pour la plupart des participants. C’est en effet un moment décisif dans la vie de l’association : celui où la cohésion du groupe a franchi un cap subtil vers un petit peu (ou beaucoup) plus que ce qu’il était jusque là : un véritable groupe d’amis, tous un peu chagrinés de se séparer, et ayant tous hâte de se retrouver sans attendre deux ans. D’où le passage à un rythme annuel, avec un détour par les Pyrénées dès 2015.

Laurent Massé

Photos : tous les membres du groupe

Découverte géologique du Lodévois-Salagou - les participants
Groupe GéoLozère Lodévois 2014 découverte géologique Lodévois Salagou

Depuis le haut du « pavé », de gauche à droite et de droite à gauche en descendant : Patrice Guislin, Bruno Aillerie, Christian Planchon, Jean Molines, Pierre Massé, Patrick Petit, Joël Brière, Jean-Marie Melot, Geneviève Mogniat, Fanny Noël, Jean-Marc Noël, Danielle Bonnal, Jean Le Joubioux, Marie-Hélène Bonnin, Michel Crenn, Danielle Le Corre, Gilberte Massé, Marie-Lou PLanchon, Andrée Guislin, Anne Laroche, Laurent Massé.

Le programme

(les couleurs des en-têtes de chaque journée ci-dessous correspondent aux couleurs sur la carte)

Lundi 21 Avril : le plateau de l’Auverne et le lac du Salagou

Rendez-vous et installation au village de gîtes Le Relais du Salagou à Salelles du Bosc. En fin de matinée, conférence-diaporama sur l’histoire géologique du Lodévois. L’après-midi, le plateau de l’Auverne, coulée volcanique surplombant les « ruffes » et le lac du Salagou. Descente à pied jusqu’au village abandonné de Celles, en passant par la Chapelle Notre-Dame des Clans et le village des Vailhès.

Sous le rebord du plateau de l’Auverne, contact entre une coulée de basalte débitée en orgues et les « ruffes » du Permien.

Panorama sur le Lac du Salagou, vue vers le sud ouest depuis Notre-Dame des Clans. A gauche, la colline de La Sure, et à droite, les villages de Celles (dont on devine l’église) et du Mas.

Iris et figuiers de barbarie : le printemps sur les rives du Salagou. Vue vers le sud depuis Notre-Dame des Clans. Sur la rive opposée du lac, les deux collines de Rouens (à gauche) et de La Sure (à droite). A l’horizon, une partie de la Montagne de Liausson.

Le village abandonné de Celles. On remarquera, sur le mur baptisé le « paquet de bonbons » par les membres du groupe, une utilisation majoritaire du basalte, associé à des calcaires et quelques très rares moellons de grès rouge.

Les rives du Salagou à Celles. Sur la rive opposée du lac, le dyke de La Roque.

Mardi 22 Avril : Saint-Guilhem le Désert et le cirque de Navacelles

Les gorges de l’Hérault et Saint-Guilhem le Désert. Visite du village autour de l’Abbaye de Gellone. Le Cirque de Navacelles dans les gorges de la Vis. Au retour, panorama sur le Cirque du Bout du Monde.

Saint-Guilhem-le Désert : détail du choeur de l’abbaye de Gellone.

Saint-Guilhem-le Désert : le cloître de l’abbaye de Gellone.

Saint-Guilhem-le Désert : depuis le cloître de l’abbaye et par-dessus le toît de la nef, les ruines du Château du Géant sur la colline du Cap de la Crous.

Balade dans les ruelles de Saint-Guilhem-le Désert.

Le méandre recoupé de la Vis au fond du cirque de Navacelles (les deux photos suivantes sont prises de la vierge au sommet de la butte centrale).

Le belvédère de la Baume Auriol depuis la vierge de Navacelles.

Le village de Navacelles depuis la vierge.

Calme et fraîcheur sur les rives de la Vis à Navacelles.

Reflets sur la Vis à Navacelles.

Le cirque du Bout du Monde (Gourgas), l’une des spectaculaires reculées entaillant la bordure sud du plateau du Larzac, vu depuis le hameau de La Roque. A l’horizon, la chaîne de l’Escandorgue.

Mercredi 23 Avril : le cirque de Mourèze et le permien de Lodève

Balade dans les chaos dolomitiques du cirque de Mourèze.

Le cirque de Mourèze. A l’horizon, la tour de guet du Pic de Vissou.

La dalle de La Lieude : pistes de thérapsides (reptiles mammaliens) sur une surface de banc dans les argilites permiennes.

Une empreinte de reptile mammalien avec trois doigts nettement visibles.

Les ruffes permiennes à proximité de La Lieude.

Les alternances de niveaux rouges et bleutés avec un pendage vers la droite de l’image dessinent ces étonnants graphismes.

Les mêmes alternances, avec cette fois-ci un pendage vers l’avant.

Ripple marks sur une surface de banc dans le Permien à La Lieude.

Le dyke de La Roque : le neck principal est visible à l’arrière-plan. Au premier plan, une lame de basalte refroidie dans une fracture verticale des argilites permiennes. On devine les prismes, perpendiculaires aux surfaces de refroidissement, donc horizontaux.

Jeudi 24 Avril : le Causse du Larzac et la chaîne de l’Escandorgue

La Couvertoirade sur le Causse du Larzac, visite de la cité templière et hospitalière. Le cirque et la Grotte de Labeil, panorama sur la reculée du Lauronnet. Les édifices volcaniques de l’Escandorgue, le panorama de la Quille. Lodève et la cathédrale Saint-Fulcran.

La Couvertoirade : la tour Raunier (à gauche) et « lou Portal d’Amoun » (à droite) par dessus les toits du village.

La Couvertoirade : l’église Saint-Christophe et le château (à droite) ; à l’horizon, le moulin du Rédounel.

La reculée du Lauronnet depuis le cirque de Labeil.

Ripple marks dans la rivière souterraine de la grotte de Labeil.

Grotte de Labeil : une magnifique imitation d’un mouton avant la tonte.

Sur les crêtes de l’Escandorgue près du Col Rouge : superposition de deux coulées basaltiques sur un niveau scoriacé. Deux minces paléosols rubéfiés séparant chaque niveau se rejoignent et se superposent sur la gauche de l’image.

Vendredi 25 Avril : le bassin houiller de Graissessac

Le bassin houiller de Graissessac. Le chevalement du Puits Durand à Camplong. Panorama sur les « découvertes » de l’ancien bassin minier. Le village d’Octon.

Dans le village de Graissessac.

Le chevalement du Puits Durand à Camplong.

Le village de Graissessac dominé par l’ancienne découverte. Les niveaux houillers productifs sombres sont clairement visibles sur le front de taille à droite.

Les anciennes découvertes « Rive Droite » près du Roc Fajole : terrain de jeux idéal pour la recherche de plantes fossiles.

Frondes de fougères fossiles dans les schistes et grès carbonifères du bassin de Graissessac.

Frondes de fougères fossiles dans les schistes et grès carbonifères du bassin de Graissessac.

Frondes de fougères fossiles dans les schistes et grès carbonifères du bassin de Graissessac.

Tige de prêle fossile dans les schistes et grès carbonifères du bassin de Graissessac.